Accueil • Remonter • Salette • Beauraing • Akita • Miraculeuse • Banneux • Pompei • Kibeho • Fatima • Laus • Guadalupe • Bouchard • Fontaines • Peuples • Lourdes • Pontmain • Ta Pinu

               
 

Notre-Dame de l’Ile Bouchard 1947 – 2001, du 8 au 14 décembre 1947

1. NOTRE DAME DE LA PRIERE, La Vierge Marie apprend progressivement aux enfants et à la foule à prier : le signe de croix, lent et majestueux; le Je vous salue récité ou chanté; le chapelet peu à peu, l’invocation O Marie conçue sans péché et le Magnificat. Marie a comme institué une véritable école de prière durant toute la semaine des évènements. L’adoration eucharistique est également mise en valeur quand la Vierge et l’ange s’effacent devant le Saint Sacrement exposé. Et la louange, avec le Magnificat brodé sur sa robe; et chanté à sa demande par la foule le dimanche.

2. LA TENDRESSE D’UNE MERE, Elle se montre une mère très humaine et proche de ses enfants, soucieuse de leur témoigner sa tendresse. Elle embrasse la main des fillettes, donne sa main à embrasser. Elle leur sourit sans cesse, embrasse et bénit les bouquets de fleurs qu’elles lui offrent le dernier jour..

3. LA PRIERE POUR LA France, Marie intervient avant tout pour sauver la France, ces jours-là « en grand danger » de guerre civile. A la prière des petits enfants, la situation se dénoue le mardi, la reprise du travail est effective le vendredi. Mais la France est toujours « en grand besoin », moral et spirituel : prier pour elle aujourd’hui reste une nécessité. Plus largement, on vient aussi de plus en plus de l’étranger prier à Saint Gilles pour son propre pays.

4. LA PRIERE POUR LES PECHEURS, Marie, Immaculée, demande que l’on prie pour les pécheurs. Elle indique qu’il faut pour cela également « faire des sacrifices » : pensons en particulier aux petits sacrifices quotidiens de notre orgueil, de nos énervements, de nos critiques. Elle propose aux fillettes d’embrasser la croix de son chapelet, geste par lequel elle nous invite à notre tour à accepter et à offrir nos épreuves ; en les associant au sacrifice de la Croix pour le salut du monde. Elle demande aussi à la foule le dernier jour de réciter une dizaine de chapelet les bras en croix.

5. LE BONHEUR DANS LES FAMILLES, Marie déclare : « Je donnerai du bonheur dans les familles ». C’est un engagement personnel de sa part (« Je ») et une promesse pour l’avenir (l’emploi du futur). Aujourd’hui, plus encore qu’à l’époque, les personnes sont en quête d’un bonheur familial qui n’est plus évident ni naturel. Elles viennent à L’Île-Bouchard rechercher paix, consolation, guérisons, solutions auprès de Marie qui a promis de veiller sur chacune de nos familles humaines. Plus largement aussi, Marie promet le bonheur pour nos familles spirituelles (communautés, mouvements, paroisses, diocèses).

6. LA BENEDICTION DES VOCATIONS, Le dimanche, Marie approuve d’un signe de tête la demande de bénédiction des prêtres, des activités apostoliques et de nouvelles vocations (pour la Touraine). L’Île-Bouchard est devenu depuis un lieu privilégié d’éveil et de soutien des vocations au sacerdoce et à la vie consacrée. Tous les évènements se déroulent d’ailleurs dans l’église paroissiale, témoignant de l’amour de Marie pour l’Eglise, qu’elle exprime par son  respect et sa tendresse pour les prêtres présents.

7. L’ANNONCIATION, Toute la semaine a pour cadre la scène de l’Annonciation, rappelée par la présence constante de l’ange Gabriel et de la grotte (de Nazareth) et à présent fixée par les statues. Marie a tenu à nous mettre ainsi en relation permanente avec son oui au plan du salut, pour nous aider à notre tour à dire oui au Seigneur dans toute notre vie. Laissons aussi la phrase de l’ange Gabriel à la fin de l’Annonciation : « car rien n’est impossible à Dieu » retentir à nos oreilles et nous redonner confiance en la toute-puissance du Seigneur dans nos vies.

Marie a communiqué un certain nombre de messages, originaux et très actuels.